Article Jazz Hot

Fanny Werner

29 oct. 2013
Crazy in Love

Fanny Werner© Jazz Hot n°665, automne 2013

Née dans une famille de musiciens – sa tante, Thérèse Wernert a composé la musique de la comédie musicale Oliver Twist – Fanny Werner a étudié le piano classique et la technique vocale. Découvrant le jazz par l’intermédiaire de son frère, elle écoute Ella Fitzgerald, Sarah Vaughan et Anita O’Day qui deviennent ses sources d’inspiration. Dès 1999, elle commence à se produire dans des clubs et se fait connaître au sein du trio vocal Sweet System avec qui elle enregistre deux disques : Jazz Fever (2004) et Living in Paris (2013). Menant en parallèle une carrière de soliste, elle passe dans des clubs parisiens (Sunside, Duc des Lombards, Caveau de la Huchette) et sort son premier album intitulé Crazy in Love. On y entend une chanteuse dotée d’un réel talent et de bien belles qualités. Sa voix, à la fois ferme et suave, est toujours bien placée. Sa technique éprouvée lui permet de poser les notes à leur juste place et de révéler tout le sens d’une mélodie. Ses interprétations sont pensées, mûries et structurées et révèlent l’intimité d’un message hautement personnalisé auquel manque parfois le piment d’une prise de risques (« Crazy He Calls Me »). Les arrangements écrits avec goût par Fanny Werner, Hugo Lippi et Vin Lê éclairent d’un regard neuf les standards d’un répertoire remarquablement organisé. Y figurent deux adaptations vocales signées par la chanteuse de « Ugetsu (Fantasy) » de Cedar Walton et « Little B’s Poem » de Bobby Hutcherson. Ses partenaires et complices l’accompagnent avec compétence et sensibilité, la délicatesse des contrechants du guitariste Hugo Lippi constituant des instants de haute musicalité (« Just Like A Butterfly », « Lush Life »). Ce disque constitue la première étape d’une trajectoire ascendante.
Alain Tomas